Saturday , 18 November 2017
arfr
dernières actualités

Protocole d’Accord Maroc – UE

maroc-ueSuite à la réunion tenue entre la Confédération Nationale de la Pêche Côtière au Maroc et les Chambres de Pêche Maritime en date du 15 décembre 2011, portant sur « le Rejet du Protocole d’Accord de Pêche Maroc-UE par le Parlement Européen », une position commune a été arrêtée faisant l’objet du communiqué ci-dessous :

Nous, la Confédération Nationale de la Pêche Côtière au Maroc et les Chambres de Pêche Maritime, en tant que représentants du secteur de la pêche maritime au Maroc, sommes humiliés et en même temps heureux du vote du parlement européen contre la prorogation de l’accord de pêche MAROC-UE.

A cette occasion, nous condamnons cette façon d’agir envers un pays, qui prenait en considération toujours le bon voisinage, et en particulier envers notre secteur de pêche maritime.

Cette décision est une humiliation pour notre secteur de pêche maritime et pour tous les opérateurs marocains.

Aussi nous rappelons, notre Ministère de l’Agriculture et de la Pêche Maritime ainsi qu’à l’opinion publique que nous avons toujours été contre le principe de tout accord de pêche. Nous avons milité au cours des années quatre-vingt-dix, pour la dénonciation des accords et avions eu satisfaction en 1999, année où le gouvernement marocain avait mis fin à l’accord de pêche avec l’union européenne en s’engageant à renoncer à ce type de relations internationales qui relevaient d’une époque révolue.

Et effectivement les résultats du secteur ne se sont pas fait attendre : nos exportations sont passées de 650 millions de dollars en 1999 à 1 milliard cent millions de dollars en 2000.

Ce nouvel accord a été réalisé par des considérations politiques qui ne concernent aucunement les professionnels du secteur et qui leur porte un important préjudice.  A noter que les espagnols demandent à l’UE, au lendemain du refus de ratification de l’accord. Une indemnisation financière pour deux mois de perte d’activité dans les eaux marocaines presque équivalente a la compensation financière que nous versait l’UE pour une année d’activité de toute la flotte européenne.

Cet accord représentait une menace supplémentaire de dégradation de nous ressources halieutiques. Les bateaux européens qui opéraient dans les eaux marocains, pratiquaient des techniques de pêche non responsable et ne subissaient aucun contrôle de leurs captures.

Les accords de pêche avec des pays tiers, en ce qui concerne le Maroc, ne font en marge du droit international et notamment du droit de la mer qui stipule qu’un pays ne peut passer un accord de pêche avec un pays tiers que s’il existe un reliquat. Or, quand on sait que le Maroc a gelé tout investissement dans la pêche depuis 1992 pour les nationaux dans un souci de préserver les ressources halieutiques, comment peut-on comprendre qu’il permettre à des étrangers de pêcher dans nos eaux. Cette démarche est en totale contradiction avec tout principe de développement durable, fondement de la stratégie Halieutis.

Par ailleurs, la préservation de la flotte marocaine, sa gestion et son exploitation, est une affaire proprement nationale au présent et à l’avenir.

Vu cette situation humiliante, nous confirmons par ce communiqué, que le départ de la flotte européenne, est salué par tous les acteurs du secteur de la pêche maritime et n’aura pas d’impact négatif sur l’activité de la pêche ou sur la croissance de notre secteur.

Aujourd’hui plus qu’hier, nous nous tolérons aucun accord. Notre pays le Maroc dispose de ses moyens humains et de ses capacités pour gérer son secteur.

اضف رد

لن يتم نشر البريد الإلكتروني . الحقول المطلوبة مشار لها بـ *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>